BTS aux Nations-Unies

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Hier, BTS, le groupe qu’on ne présente (presque) était présent à l’ouverture de la 73ème Assemblée générale des Nations-Unies à New York, en tant qu’ambassadeurs de l’UNICEF pour la campagne « Love Myself. » Le nom de la campagne fait référence à la trilogie « Love Yourself », qui a apporté à BTS le succès que l’on connait à présent.


Une question qui revient souvent est : pourquoi BTS a plus de succès que d’autres groupes en Corée ?  Et c’est une juste question. Un des éléments de réponse  est que les 7 garçons abordent plutôt frontalement le mal de vivre de la jeunesse, la dépression, et le sentiment de n’avoir pas de place dans la société. BTS est un groupe issu de la génération « Hell Joseon », cette expression créée par internet et popularisée par les médias, qui dénonce une société coréenne fermée, dure et sans pitié pour les jeunes et les minorités. Et effectivement, la place des jeunes en Corée, entre la crise économique, l’extrême compétitivité et le poids de l’autorité est problématique. Le sentiment d’être invisible et de ne pouvoir s’exprimer y est lancinant et ce que BTS exprime, via la K-pop, c’est un peu cela. Le discours prononcé par RM, évoquant le poids du regard des autres et la crainte d’être soi-même, en est une illustration.

Dans l’intro de l’un de nos premiers albums, il y a une parole qui dit : ‘mon coeur a cessé [de battre]lorsque j’avais 9 ou 10 ans’. En y réfléchissant, je pense que cela correspond à l’âge où j’ai commencé à trop penser à ce que les autres pensaient de moi, et à la place, j’ai commencé à me voir comme on me voyait.  J’ai cessé de regarder les étoiles la nuit, et de rêver le jour.

La légitimité du groupe pour être ambassadeur d’une campagne qui pousse les jeunes a comprendre leur valeur individuelle est donc incontestable. En plus de cela, l’UNICEF dispose avec BTS du soutient de leur fanbase, les Army. Les fans coréens (et par extension internationaux) sont sans doute les plus dévoués au monde : ils plantent des arbres, construisent des écoles, soutiennent systématiquement les causes auxquelles leurs idols sont associées. Les idols sont soumis à une stricte discipline quant à leur vie privée et à leur comportement en général et il est donc rare de voir des débordements susceptibles de salir l’image d’un ambassadeur de bonne volonté. Tout cela fait de BTS un choix judicieux.

Ban Ki-moon et Psy aux Nations-Unies, en pleine fièvre Gangnam Style

C’est aussi une forme de consécration pour la stratégie de soft power coréen : la Kpop est utilisée depuis le début de la décennie comme une arme diplomatique et commerciale : les idols sont formatés pour prêter leur image à des causes institutionnelles, come au rayonnement global de la Corée. Seohyun, membre de Girls Generation rêvait d’être Ban Ki-moon, l’ancien Secrétaire Général des Nations Unies coréen. Toute la question est maintenant de savoir : tous les records et les moments historiques que BTS est en train d’écrire sont-ils des victoires pour la Corée en général, ou pour BTS en particulier ? Il est certain que les 7 garçons rendent le pays immensément fier et qu’ils sont eux-même fiers de promouvoir leur pays. Il est aussi indiscutable que la visibilité de la Corée et de la Kpop va beaucoup y gagner : on cherche déjà du côté de Blackpink le pendant féminin de BTS, entre autres. Mais il est aussi évident que le mal de vivre sur lequel BTS a construit son succès est un symptôme de la société coréenne elle-même.

Je m’appelle Kim NamJoon, et je suis également RM de BTS. Je suis un idol et un artiste qui vient d’une petite ville de Corée.

Faut-il que BTS se transforme en ambassadeur de bonne volonté de la Kpop et de la Corée toute entière ou que, comme tout artiste international non-américain, le groupe se concentre avant tout sur son développement personnel, avec un rappel à ses origines occasionnel, comme Rihanna avec la Barbade ? Jusqu’ici BTS est impeccable dans la gestion de ce fragile équilibre. Peut-être que Psy pourra leur donner quelques bons conseils…

Share.

About Author

Experte en prise de tête sur la pop culture coréenne depuis 2010

Leave A Reply